Du 28 mai au 4 décembre 2014
Exposition "Jean Jaurès et les mineurs"

A partir de documents d’archives et de dessins de presse-caricatures, l’exposition explore le thème du héros : comment Jean Jaurès devient-il dans le bassin Carmausin une figure illustre de son vivant et après sa mort ? Comment cette image du héros politique perdure-t-elle aujourd’hui ?

L’exposition s’appuie :
- d’une part sur le cheminement qui amène Jean Jaurès à s’intéresser au bassin minier de Carmaux-Cagnac et plus largement à la mine et aux conditions de travail des mineurs.
- d‘autre part sur la grève de 1892 et l’amitié politique que Jean Jaurès noue avec Jean-Baptiste Calvignac, figure syndicale locale.
Ces deux axes permettront de mettre en lumière la manière dont Jean Jaurès exerce sa voix et sa plume politique en tant que député de la circonscription.

Le processus qui se trame à la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire la difficile construction de la République, des grands idéaux humanistes, se concrétise dans le discours politique. La figure de Jaurès, dans ce qu’elle a de tragique, cristallise les aspirations au point d’en faire une figure messianique, un saint laïc. Les sculptures représentant Jean Jaurès après son assassinat sont l’extension des sculptures du XIXe siècle pour commémorer la République et la mère patrie.
Le parti-pris scénographique est ici de confronter les « images du passé » à des approches d’art contemporain sur ce thème au travers d’oeuvres de trois artistes.

> Deimantas Narkevicius et son oeuvre vidéo « The Head », datant de 2007, qui porte sur la réalisation d’une sculpture monumentale de la tête de Karl Marx et qui est prétexte pour s’interroger sur la notion de commémoration ;

> Jeremy Deller, dont l’oeuvre vidéo « La bataille d’Orgreave », filmée en 2001, est la reconstitution de la bataille qui a eu lieu en 1984 dans un village du Royaume-Uni entre les mineurs et les forces de l’ordre, sous la gouvernance de Mme Thatcher. L’objectif, au-delà de la commémoration, est de rendre vivace une réalité sociale qui a été niée à l’époque ;

> Jean-François Desserre, dont les six tableaux autour de Jean Jaurès montrent comment cet artiste interprète les moments forts de la vie politique et intellectuelle du grand homme dans le bassin minier.

Cet engouement, ces interrogations et le parti-pris d’artistes font sens : les préoccupations jaurésiennes sont bien d’actualité 100 ans après son assassinat.