Le Musée départemental du Textile présente chaque année des expositions temporaires en lien avec l’histoire et les métiers du textile... En voici quelques exemples :

Exposition "Fanny Baxter, la chambre-Kamikaze"
16 mars - 25 mai 2014

Notre époque nous abreuve en permanence d’images qui sollicitent continuellement nos sens au point de les anesthésier. Le concept intitulé l’Appartement-témoin est le titre d’une installation d’art contemporain qui questionne le rapport à l’image. Ce travail de recherche artistique prend vie en habillant les murs et le mobilier d’un appartement rendu public. Étude sur la banalisation de l’image provenant de l’information, l’Appartement-témoin est une question : A travailler notre regard, les murs s’effondrent-ils ?

« J’ai extrait une image trash de l’actualité, j’ai joué avec, sans la retoucher, je l’ai transformée en un motif serein, doux, empli de finesse et d’envie. J’ai travaillé les images afin qu’elles n’endorment plus les sens mais qu’elles les raniment par le détail. Ce fût le début du concept. » Fanny Baxter.

Exposition "DRESS CODE : l’autre histoire de la dentelle"
1er juin - 17 novembre 2013

Ou les différentes utilisations de la dentelle dans le costume,  entre raffinement et utilitarisme...

Cette exposition valorise l’utilisation de la dentelle dans le costume en tant qu’expression du pouvoir et de la séduction, du XVIe siècle à nos jours. Différentes pièces du Musée départemental du Textile (robes, coiffes, revues de mode…) ont été présentées en regard de représentations artistiques (tableaux, gravures…) et de collections d’autres musées. Une place particulière a été réservée aux jeunes talents et aux créateurs régionaux comme Marithé et François Girbaud qui créent des dentelles originales à partir de cuir et de textiles modernes, ou encore Franck Sorbier qui revisite le sacré en utilisant des dentelles pour le vestiaire de la Vierge Noire de la Daurade à Toulouse.

Exposition "Nadya Bertaux, Eloge du vide, figure du plein"
16 mars - 12 mai 2013

Des fils d’aluminium entremêlés constituent la matière des sculptures de Nadya Bertaux. L’étoffe de cette matière est une organisation équilibrée de vides et de pleins qui permet d’harmoniser des états opposés. Nadya Bertaux identifie les fils qu’elle entremêle patiemment aux multiples chemins empruntés durant l’existence. Quand les fils se croisent, elle les assimile aux choix complexes que la vie propose...